Immobilier locatif investir en Pinel sans se tromper, location

Les investissements en Pinel

Publié le : 06 octobre 20173 mins de lecture

Avec l’aide du dispositif Pinel, les investissements dans l’immobilier locatif ont fait un bon de 53% en 2015, et il semble bien que cela continue en 2016 et même en 2017. Le Pinel permet une réduction d’impôt conséquente sur les rendements des investissements si on prend en compte quelques facteurs. C’est donc une solution intéressante pour pouvoir épargner sur ses dépenses.

Les investissements en Pinel ?

Le principe de nouvelles lois par le régime Pinel vise à renforcer l’investissement des particuliers dans l’immobilier à louer. Elles permettent de bénéficier d’une baisse des impôts sur le revenu des propriétaires dans le locatif. Ces réductions sont respectivement de 12 %, 18 %, 21 % pour 6 ans, 9 ans, 12 ans. Pour limiter l’excès des investissements par rapport à ces avantages, les investissements sont limités à 300.000 € ne dépassant pas deux opérations chaque année. Il existe aussi plusieurs plafonds suivant les zones d’investissement. Ce dispositif a pour but de faciliter l’accès aux logements locatifs pour les Français sans pour autant provoquer une crise dans le logement. Il permet aussi de faire des investissements moyens.

Comment maximiser la rentabilité avec Pinel ?

Pour être rentable dans un investissement en Pinel, les paramètres à prendre en compte sont multiples et plus ou moins difficiles à comprendre. Il dépend principalement du plafond d’investissement, de la zone d’investissement et les loyers dans le marché. Pour faciliter la méthode d’approche, il suffit d’éviter d’investir dans les zones où le marché est déjà rude donc où les prix du loyer sont déjà suffisamment bas. Il faudra donc connaitre les plafonds d’investissement attribués à chaque zone, mais aussi connaitre les statistiques du loyer afin de minimiser les risques. Cependant, il faudra considérer les situations avec les loyers les plus bas et faire le calcul si l’investissement avec les réductions d’impôt en vaut le cout. Les agglomérations dans les zones doivent être aussi prises en compte, c’est notamment le cas des villes comme Nantes, Toulouse et Bordeaux, Lyon qui sont placé dans la zone A mais où les investissements restent encouragés.

Les autres facteurs pour investir

D’autres paramètres peuvent être aussi ajoutés à l’équation de l’investissement en Pinel : l’évolution du marché de l’immobilier locatif, le revenu des ménages, la situation économique de la zone. Il se peut que les locations de vacances soient très importantes ou que le tourisme soit un atout de la zone, les déplacements dus aux travaux ou aux études sont aussi des facteurs non négligeables.

Plan du site